Nos partenaires











Commémoration de la tragédie du sang contaminé




Historique

Lorsque le SIDA a fait son apparition au début des années 1980 et qu'il a pris des proportions épidémiques, tout le système canadien l'approvisionnement en sang a été ébranlé.  Au cours des années qui ont suivi, le VIH a fait des ravages chez les hémophiles et les receveurs de transfusion sanguine.  Il a fallu attendre l’avènement des tests de dépistage du VIH en 1985 pour saisir toute l’ampleur de la tragédie : le virus avait été transmis à un très fort pourcentage de personnes atteintes d’une forme grave d’hémophilie et des centaines d’autres individus ayant reçu du sang et des produits sanguins contaminés.

Plus de 1 100 Canadiens ayant reçu une transfusion à cette époque ont contracté le VIH, soit 700 individus atteints d’hémophilie ou d’un autre trouble de la coagulation et 400 personnes ayant reçu une transfusion pour d’autres motifs (traumatisme, intervention chirurgicale, accouchement, cancer, etc.).  Entre 700 et 800 de ces victimes en sont mortes.

Un nombre encore plus grand de personnes – quelque 20 000 individus – ont contracté le virus de l’hépatite C (VHC) par l’entremise de produits sanguins contaminés avant l’avènement des tests de dépistage en 1990.  On ne connaît pas le nombre exact de décès attribuables à une maladie hépatique associée au VHC contracté par suite d’une transfusion de sang contaminé. On estime toutefois que ce nombre se situe dans les milliers et qu’il ne cesse d’augmenter.

La tragédie du sang contaminé est l’un des pires désastres qu’ait connu le Canada en matière de santé publique.

Lorsque la Commission d’enquête sur l’approvisionnement en sang au Canada (Commission Krever) a amorcé ses travaux en octobre 1993, jusqu’au dépôt de son rapport final en novembre 1997, la tragédie du sang contaminé avait capté l’attention du grand public.

______________________________


On a souvent dit qu’il ne faut pas oublier les enseignements tirés de la tragédie du sang contaminé sans quoi la douleur et la souffrance de ses nombreuses victimes auront été vaines.  Pour éviter qu’une telle situation ne se reproduise et pour rendre hommage à ces victimes maintenant silencieuses, la Société canadienne de l’hémophilie (SCH) a décidé d’instaurer une journée commémorative de la tragédie du sang contaminé.

Objectifs


    Se rappeler ceux et celles qui sont décédés par suite de la tragédie du sang contaminé et offrir à leurs proches et amis des moyens concrets d’honorer leur mémoire, tant en public qu’en privé.

    Souligner les épreuves que le sang contaminé a infligées aux victimes et à leurs proches, pour que les générations à venir puissent bénéficier d’un système d’approvisionnement plus sécuritaire.

    Rendre hommage aux personnes vivant avec les conséquences d’une transfusion sanguine contaminée, ayant contracté le VIH et le VHC et leur envoyer un message d’espoir. D’importants progrès ont été accomplis en matière de soins et de traitements thérapeutiques au cours des 25 dernières années.

    Mettre l’emphase sur l’importance de la sécurité du système d’approvisionnement en sang.  Il faut comprendre que la médecine transfusionnelle a beaucoup progressé.  Soulignons notamment les concentrés de facteurs de coagulation qui constituent aujourd’hui un des moyens les plus sûrs de traiter les troubles de la coagulation.  Sans compter les transfusions de globules rouges, de plaquettes et de plasma qui sont maintenant plus sécuritaires que jamais auparavant.  Bref, le système de collecte et de distribution du sang a été remanié en profondeur selon les recommandations de la Commission d’enquête de l’approvisionnement en sang au Canada.  En dépit des progrès accomplis, il importe toutefois de continuer à faire preuve de vigilance.

L'arbre de vie


L’arbre constitue un symbole important un peu partout dans le monde.  Il représente la vie de par ses branches qui montent vers le ciel et ses racines qui s’enfoncent profondément dans le sol.

Les familles ayant perdu un être cher peuvent y voir un moyen concret de perpétuer son souvenir.

Dans un contexte où les questions environnementales occupent une place de plus en plus cruciale, l’arbre est également perçu comme un symbole de santé.  Sa capacité de croître et de se transformer au fil des saisons en font un modèle de persévérance et de détermination.