Nos partenaires











Programme de recherche psychosociale SCH - Novo Nordisk



             

Le Programme de recherche psychosociale Société canadienne de l’hémophilie – Novo Nordisk Canada a été créé pour promouvoir la participation des professionnels/diplômés appartenant aux disciplines de travail social, soins infirmiers et physiothérapie à des activités de recherche qui auront pour but d’améliorer la qualité de vie des personnes et des familles dont la vie est affectée par les troubles de la coagulation grâce à une meilleure compréhension des impacts psychosociaux de ces maladies.

Ce programme a été rendu possible grâce au généreux soutien financier de Novo Nordisk Canada, une société pharmaceutique axée sur les soins de santé. Chef de file mondial en soins du diabète, Novo Nordisk détient aussi une position de tête dans les domaines comme les troubles de la coagulation, les troubles de la croissance et l’hormonothérapie de remplacement. Novo Nordisk fabrique et met en marché des produits pharmaceutiques et des services qui ont un impact important sur les patients, la profession médicale et la société. La SCH est fière de s’associer à Novo Nordisk Canada dans le cadre de cet important programme de recherche.

Le programme propose une ou deux bourses de recherche d’une valeur maximale de 20 000 $ chacune. Un montant total de 40 000 $ est accessible.

Selon le nombre et la qualité des candidats, il sera possible de répartir les montants différemment ou d’offrir plus d’une bourse, en respectant toutefois le budget total alloué mentionné plus haut.

Chaque bourse servira en majeure partie à rémunérer les candidats retenus pour le temps qu’ils consacreront à leur recherche ainsi que leurs assistants de recherche et, dans une moindre mesure, à couvrir les dépenses liées aux projets.

Admissibilité

Pour être admissible, le candidat doit détenir le titre de travailleur social, infirmière ou infirmier ou physiothérapeute ou être étudiant inscrit dans un programme d’études doctorales dans l’une de ces disciplines. Une expérience professionnelle acquise auprès d’un centre de traitement de l’hémophilie est souhaitable mais pas obligatoire. En outre, les professionnels qui détiennent un poste dans une université leur permettant de consacrer du temps à la recherche sont également encouragés à postuler.

Le projet proposé doit cadrer dans la pratique actuelle en ce qui concerne les troubles de la coagulation et peut incorporer un large éventail de méthodes de recherches quantitatives et qualitatives portant sur la pratique auprès des individus, des familles, des groupes et communautés, les questions organisationnelles, la santé publique et l’éducation.

On s’attend à ce que l’accent soit placé sur : (1) la promotion de l’intégration des interventions psychosociales au volet biomédical des soins complets; (2) la promotion de l’excellence dans les services fournis aux patients et à leurs proches; (3) une contribution à la littérature sur les impacts psychosociaux des troubles de la coagulation; (4) la démonstration des retombées de la recherche ou du projet clinique sur les soins infirmiers, la physiothérapie, ou le travail social.

Les domaines d’intérêt et les méthodologies peuvent comprendre notamment : les impacts du travail social ou de la pratique clinique sur les modalités de traitement des maladies chroniques et/ou invalidités; les questions psychosociales et de santé mentale chez les personnes atteintes de troubles de la coagulation/VIH/VHC; les questions d’éducation et de formation professionnelle; une meilleure compréhension des questions soulevées dans le cadre de l’étude HERO; les projets liés aux médias et/ou les outils didactiques pour l’éducation et l’évaluation des professionnels ou des patients; l’action participative, les initiatives de recherche appliquée et opérationnelle; les questions liées aux relations interpersonnelles, au sexe, à la sexualité, à la diversité culturelle, au lieu de travail, à la stigmatisation et à la pauvreté.

Collaboration multidisciplinaire

Le programme accepte et encourage la collaboration entre les professionnels de la santé appartenant à une même équipe multidisciplinaire et/ou entre les professionnels de deux (2) centres de l’hémophilie ou plus. Ces collaborations peuvent inclure, par exemple, soins infirmiers, travail social, physiothérapie et génétique. Il est donc ainsi possible pour les équipes de plus d’un centre de traitement d’adresser conjointement deux demandes de bourses ou plus pour réaliser un projet en collaboration. De plus, les demandes interrégionales seront également considérées.

Demandes de bourses et date limite

Les candidats doivent faire parvenir leur lettre d’intention à la Société canadienne de l’hémophilie d’ici le 15 novembre 2016. Il s’agit d’une lettre d’un maximum de deux pages qui présente le chercheur et l’établissement demandeurs et décrit sommairement la recherche projetée.

Les demandes pour des projets multidisciplinaires sont les bienvenues. Si vous envisagez la réalisation d’un projet multidisciplinaire, nous vous encourageons à indiquer dans votre lettre d’intention et dans votre demande de quelle façon le projet se réalisera si une seule bourse est accordée.

Le Comité d’examen par les pairs de la SCH invitera un nombre limité de candidats à soumettre une proposition plus détaillée avant le 9 janvier 2017 afin de procéder à une sélection finale. Les bourses seront versées sur une période d’un an débutant en avril 2017.