Nos partenaires











L'hérédité de la maladie de von Willebrand

Comment la maladie de von Willebrand se transmet-elle?

La maladie de von Willebrand est un trouble héréditaire causé par un gène défectueux.

Chaque cellule du corps humain renferme des structures appelées chromosomes. Un chromosome est une longue chaîne constituée d’ADN (acide désoxyribonucléique). Cet ADN est organisé en environ 25 000 unités appelées gènes qui déterminent les traits, comme la couleur des yeux.

Chaque cellule renferme donc 46 de ces chromosomes organisés en 23 paires. La maladie de von Willebrand est causée par une anomalie affectant le chromosome 12. L'anomalie peut être présente sur le chromosome 12 qui provient de la mère, du père ou des deux parents.

La transmission de la maladie de von Willebrand peut se faire de deux façons.

• La maladie peut être transmise héréditairement par l'un des deux parents qui est porteur du gène défectueux (même s’il n’en manifeste aucun symptôme) à l’enfant au moment de sa conception.

• L'un des gènes du bébé peut subir une transformation (c'est ce que l'on appelle une mutation génétique). Les parents du bébé ne sont pas porteurs de ce gène défectueux et les autres enfants issus de cette union n'en hériteront pas forcément.

Garçons et filles risquent, dans une même proportion, d'être atteints de la maladie de von Willebrand.

Étant donné qu'il s'agit d'une maladie héréditaire, la maladie de von Willebrand affecte souvent plusieurs membres d'une même famille. Dans bien des cas, il est possible de retracer la maladie de von Willebrand dans l'arbre généalogique. La Figure 3 illustre trois générations d'une famille touchée par la maladie de von Willebrand.


Première génération : Le grand-père (Jean) souffre d'une forme bénigne de la maladie de von Willebrand de type 1 et la grand-mère (Marie) en est indemne.

Deuxième génération : On note un risque de l'ordre de 50 % que chacun des enfants de Jean et de Marie naisse avec le gène de la maladie de von Willebrand. Le diagramme montre que l'une des deux filles (Anne) et l'un des deux fils (Pierre) héritent du gène défectueux. Les deux souffrent d'une forme bénigne de la maladie de von Willebrand de type 1.

Troisième et quatrième générations : La fille atteinte de la maladie de von Willebrand (Anne) épouse un homme indemne de la maladie (Charles). Leurs enfants sont exposés au même degré de risque, soit 50 %, d'hériter de la maladie. Dans le diagramme, l'une des filles (Julia) est atteinte de la maladie de von Willebrand.

Le fils atteint de la maladie de von Willebrand (Pierre) épouse une femme (Isabelle) également porteuse d'une anomalie au chromosome 12. Donc, leurs enfants auront une chance sur quatre d'en être indemnes (Claire), une chance sur deux d'hériter du gène défectueux de l'un ou l'autre des parents et donc de souffrir d'une forme bénigne de la maladie de von Willebrand de type 1 (Hélène et David) et une chance sur quatre également d'hériter du gène défectueux des deux parents (Robert) et d'être atteints d'une forme grave de la maladie de von Willebrand de type 3.

Y a-t-il toujours des antécédents familiaux d'hémorragie?

Pas toujours, et cela s'explique de plusieurs façons.

• Le taux de FVW n'est pas égal d'une personne à l'autre, même à l’intérieur d'une même famille. Une personne peut donc saigner plus qu'une autre.

• Les gens qui ont le type sanguin O présentent souvent des taux moindres de FVW que les gens qui ont les types sanguins A, B et AB. Donc, les personnes dont le type sanguin est O peuvent avoir plus de problèmes hémorragiques.

• Selon les médecins, d'autres facteurs déterminent également la gravité des symptômes, mais on les connaît plus ou moins bien pour l’instant.

• Il n'y a peut-être pas d'antécédents de la maladie parce que personne dans la famille n'en a souffert. Le bébé peut avoir acquis le gène anormal par le biais d'une nouvelle mutation. Dans ce cas, le chromosome 12 change au moment de la conception ou peu après. Les parents du bébé ne sont pas porteurs. Par contre, une fois adulte, l'enfant peut transmettre la maladie de von Willebrand à ses enfants.

• Dans de rares cas, une personne peut développer la maladie de von Willebrand plus tard au cours de sa vie. Il s'agit d'une forme acquise de la maladie. Ni la personne elle-même, ni ses parents ne sont porteurs du gène. Dans les cas de la maladie de von Willebrand acquise, le système immunitaire développe soudain des anticorps particuliers, appelés inhibiteurs, qui sont dirigés contre le FVW dans le sang. En d'autres termes, l'organisme perçoit le FVW comme une substance étrangère à détruire. Cela peut survenir après un traitement médicamenteux. Les inhibiteurs peuvent également être causés par d'autres maladies, par exemple la polyarthrite rhumatoïde, certains types de maladies rénales ou de cancers.

Les parents d'un enfant qui a la maladie de von Willebrand de type 3 manifestent-ils des signes de la maladie?

Dans la plupart des cas, les deux parents d’un enfant atteint de la maladie de von Villebrand de type 3 ne manifestent aucun symptôme. Occasionnellement, l’un des parents, rarement les deux, aura des problèmes de saignement lég

La maladie de von Willebrand est-elle toujours d'origine génétique?

Non. Tel qu’il est indiqué précédemment, dans les cas de la maladie de von Willebrand acquise, le gène de la maladie de von Willebrand n'est pas défectueux.

Est-il normal qu'un parent se sente coupable d'avoir transmis la maladie de von Willebrand à son enfant?

Il n’est pas rare effectivement que des parents se sentent coupables lorsqu’ils apprennent que leur enfant souffre de la maladie de von Willebrand. Toutefois, la maladie de von Willebrand est une maladie génétique et personne n'en est responsable. De plus, les enfants qui en sont atteints peuvent vivre normalement, en bonne santé et s'épanouir tout à fait.