Hemlibra, un nouveau produit qui portait le nom d’émicizumab pendant les essais cliniques et de ACE-910 auparavant, est désormais breveté au Canada pour les patients atteints d’hémophilie A porteurs d’inhibiteurs. Avec les produits actuellement disponibles (FVIII, FVIIa recombinant et CCP activé), les saignements des personnes atteintes d’hémophilie A porteuses d’inhibiteurs sont difficiles à maîtriser et le traitement est extrêmement fastidieux. Plus important encore, l’atteinte articulaire est grave, elle affecte les patients à un très jeune âge et le risque de mortalité est plus élevé. Hemlibra s’est révélé efficace pour la prévention des saignements et il est administré par voie sous-cutanée une fois par semaine, voire moins fréquemment.

À la Société canadienne du sang (SCS), le processus en vigueur pour ajouter un nouveau traitement à sa liste de produits (et faire approuver son remboursement) comprend plus de 30 étapes différentes et peut s’échelonner sur une période de 12 à 24 mois après son approbation par Santé Canada. Compte tenu de la lenteur du processus actuel, ce traitement qui peut changer des vies risque de n’être accessible aux patients qu’à la fin 2019 ou au début 2020, ce qui est inacceptable.

Au nom des près de 100 personnes atteintes d’hémophilie A porteuses d’inhibiteurs, la SCH a enjoint la SCS, l’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS), l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) du Québec et les ministères provinciaux et territoriaux de la Santé de relever le défi qui consiste à mettre ce traitement à la disposition des patients d’ici la fin de 2018. La SCS s’est engagée à tout faire pour accélérer le processus, mais elle est limitée par les autres intervenants au dossier. La SCH reste aux aguets et travaillera à trouver des solutions afin que ce produit soit offert rapidement aux patients qui en ont besoin. En effet, la SCH a déjà proposé des solutions potentielles aux autorités sanitaires.

Les décisions n’ont pas toujours besoin d’être accélérées, mais celle-ci, oui. Si les autorités sanitaires ne peuvent pas agir vite dans un cas comme celui-ci pour lequel les preuves sont si solides, quand le pourront-elles? Selon la SCH, cette approbation accélérée offrirait un rare scénario gagnant/gagnant/gagnant (avantage pour la santé, amélioration de la qualité de vie, économies). Chaque mois de retard dans l’approbation du remboursement met à risque des articulations et des vies et entraîne un gaspillage qui se chiffre en centaines de milliers de dollars.

La SCH vient d’apprendre que le processus d’examen a été retardé davantage, ce qui pourrait signifier que ce traitement qui peut changer la vie des patients ne serait pas accessible avant plusieurs mois encore. Le 22 novembre, la SCH a contacté les ministres de la Santé des provinces et des territoires pour leur faire savoir que ce retard est inacceptable et leur demander d’intervenir pour accélérer le processus afin qu’une décision soit prise avant la fin de 2018.

La SCH s’adresse maintenant à notre communauté pour soutenir les efforts visant à exiger une révision et une décision de remboursement rapides en écrivant à leur ministre de la Santé et à leur député demandant que Hemlibra soit accessible d’ici la fin de 2018.

À NOTER : Pour le moment, le processus d’examen au Québec s’annonce plus court et on prévoit pouvoir accéder au produit plus tôt. Nous ne vous recommandons pas de communiquer avec le ministre de la Santé du Québec pour l’instant.

Veuillez cliquer sur les liens plus bas pour plus de détails.

Messages clé pour la communauté des troubles de la coagulation en lien avec Hemlibra

Soumission à la Société canadienne du sang pour émicizumab (Juin 2018) – Sommaire de la SCH

Lettre aux ministres de la Santé – novembre 2018

Institute for clinical and economic review (ICER) – Emicizumab for Hemophilia A with Inhibitors: Effectiveness and Value  (en anglais)