Non. Il n’est pas facile de poser un diagnostic de dysfonction plaquettaire. Une personne qui croit éprouver un problème de coagulation doit voir un hématologue expert de l’hémostase dans un centre de traitement de l’hémophilie ou des troubles de la coagulation.

Les symptômes de la dysfonction plaquettaire sont semblables à ceux d’autres problèmes hémorragiques, comme la maladie de von Willebrand. Pour cela et parce qu’il existe de nombreux types différents de dysfonctions plaquettaires, le médecin effectuera plusieurs tests pour mieux cerner le problème. 

Un médecin qui soupçonne une dysfonction plaquettaire chez un patient prendra note des antécédents familiaux complets et procédera ensuite à un certain nombre d’analyses sanguines pour découvrir :

  • si la personne souffre bel et bien d’une dysfonction plaquettaire
  • et, le cas échéant, de quel type de dysfonction plaquettaire elle souffre.

Ces tests sont : 

Le temps de saignement Ce test mesure le temps qu’il faut à une simple coupure pour cesser de saigner.
Les tests d’agrégation plaquettaire Ces tests permettent de vérifier si les plaquettes adhèrent normalement les unes aux autres.
Les dosages du facteur de Von Willebrand Ces tests permettront de vérifier si une protéine appelée facteur de Von Willebrand fonctionne normalement et d’écarter le diagnostic de maladie de Von Willebrand comme cause des hémorragies.
Certains tests spécialisés Ces tests permettent de déterminer le type exact de dysfonction plaquettaire.
 

Certains des tests doivent être effectués dans un laboratoire spécialisé. Par conséquent, il faut parfois plusieurs semaines avant d’obtenir des résultats.