Le diagnostic d’un trouble de la coagulation chez la femme

/Le diagnostic d’un trouble de la coagulation chez la femme
Le diagnostic d’un trouble de la coagulation chez la femme2018-08-29T17:08:13+00:00

Dans le cas de la maladie de Von Willebrand, les tests suivants permettent un diagnostic précis :

Temps de saignement                   Ce test mesure le temps qu’il faut pour qu’une coupure superficielle cesse de saigner.
Facteur VIII : C                                Ce test mesure la quantité de facteur VIII coagulant actif.
FVW : antigène                                Ce test mesure la quantité de FVW.
Activité du cofacteur de la ristocétine  Ce test mesure le degré de fonctionnement du FVW.
Multimères du FVW                       Ce test analyse la structure du FVW.
Tests de fonction plaquettaire   Ces tests mesurent le fonctionnement des plaquettes.

Dans le cas des dysfonctions plaquettaires, les tests suivants permettent de poser un diagnostic précis :

Le temps de saignement Ce test mesure le temps qu’il faut à une simple coupure pour cesser de saigner.
Les tests d’agrégation plaquettaire Ces tests permettent de vérifier si les plaquettes adhèrent normalement les unes aux autres.
Les dosages du facteur de Von Willebrand Ces tests permettront de vérifier si une protéine appelée facteur de Von Willebrand fonctionne normalement et d’écarter le diagnostic de maladie de Von Willebrand comme cause des hémorragies.
Certains tests spécialisés Ces tests permettent de déterminer le type exact de dysfonction plaquettaire.
 

Si les médecins soupçonnent une hémophilie A ou B, ils procéderont à certaines analyses de laboratoire simples. Ils prélèveront un échantillon de sang et y mesureront la quantité de facteur VIII et de facteur IX.

Étant donné la rareté des maladies causées par des déficits en d’autres facteurs de la coagulation, on effectue d’abord des tests pour écarter un diagnostic de maladie de von Willebrand, de dysfonction plaquettaire et d’hémophilie A et B comme cause de l’hémorragie. Si l’on soupçonne la présence d’un déficit plus rare en l’un des autres facteurs de la coagulation, une analyse de laboratoire s’impose pour mesurer les taux circulants du facteur de coagulation que l’on soupçonne d’être en cause.

Ces tests sont effectués dans un laboratoire qui se spécialise dans les troubles de la coagulation. La plupart des centres de traitement de l’hémophilie et des troubles de la coagulation offrent ce type de service.

Il est extrêmement important pour une femme qui se croit atteinte d’un trouble de la coagulation de se rendre à un centre de traitement de l’hémophilie ou des troubles de la coagulation pour y subir des tests. Le personnel de ces cliniques sait qu’il faut parfois reprendre les tests pour obtenir finalement le bon diagnostic. Cela est dû au fait que les résultats des tests peuvent être affectés par :

  • certains changements hormonaux qui surviennent normalement au cours du cycle menstruel
  • la prise récente d’aspirine ou d’autres analgésiques
  • la prise de contraceptifs oraux, d’hormonothérapie, la présence d’une grossesse, l’allaitement ou un accouchement récent
  • la pratique d’un exercice exigeant, le stress ou une crise émotionnelle juste avant le prélèvement sanguin
  • certains écarts entre les méthodes utilisées par les différents techniciens de laboratoire
  • le type sanguin (les femmes qui sont du groupe sanguin O présentent en général des taux de facteur de von Willebrand et de facteur VIII plus bas que les femmes des groupes sanguins A, B ou AB).

En raison de certaines difficultés inhérentes aux épreuves diagnostiques, de nombreuses femmes se sont fait dire à tort qu’elles ne souffraient d’aucun trouble de la coagulation.