Programme de recherche SCH – Bayer – ADVANCE Canada

/Programme de recherche SCH – Bayer – ADVANCE Canada
Programme de recherche SCH – Bayer – ADVANCE Canada2018-12-06T16:27:15+00:00

      

Le Programme de recherche Société canadienne de l’hémophilie – Bayer  –  ADVANCE Canada  a été créé pour inciter tous ceux qui soignent l’hémophilie au Canada à participer à des initiatives visant à identifier et à explorer les principaux enjeux de la recherche concernant la population hémophile vieillissante.

Le programme est offert en partenariat avec ADVANCE Canada (ADVANCE : age-related developments and co-morbidities in hemophilia) qui s’intéresse aux phénomènes et comorbidités liés à l’âge chez la personne hémophile et s’est donné la mission suivante :

« Améliorer la santé et la qualité de vie (QdV) des Canadiens âgés vivants avec l’hémophilie en basant nos actions et nos recommandations sur un processus scientifique rigoureux, mené avec et pour les Canadiens âgés vivant avec l’hémophilie.

 Pour optimiser la prise en charge des comorbidités liées à l’âge chez la population hémophile adulte, ADVANCE Canada favorisera la recherche centrée sur les patients et diffusera des renseignements scientifiques pour aider les médecins qui soignent l’hémophilie au Canada. »

L’espérance de vie des personnes vivant avec l’hémophilie s’est améliorée et a presque rejoint celle de la population générale. La population croissante de personnes vieillissant avec l’hémophilie sera donc de plus en plus confrontée à des problèmes de santé liés à l’âge, comme la maladie cardiovasculaire, le cancer, la maladie du foie et de l’appareil musculosquelettique, ainsi qu’à des facteurs psychosociaux et autres associés au style de vie qui accompagnent plusieurs de ces problèmes de santé ou y prédisposent. On en sait peu sur la façon de gérer la maladie cardiovasculaire, le cancer, la démence et autres affections liées à l’âge chez la population hémophile âgée. Reconnaissant l’impact potentiel des maladies liées à l’âge chez les personnes atteintes d’hémophilie, ce programme s’est donné pour objectif d’appuyer la recherche qui permettra de nous renseigner sur la façon d’adapter le mieux possible la prise en charge et le traitement des personnes vieillissant avec l’hémophilie.

Le programme de recherche appuiera les études axées sur les thèmes suivants :

  • Identifier les enjeux clés touchant la population hémophile âgée et fournir un avis éclairé
  • Identifier la façon d’adapter la prise en charge des comorbidités liées à l’âge chez les personnes hémophiles
  • Générer et transmettre aux professionnels de la santé, au public et aux décideurs une information basée sur des données probantes afin d’améliorer les soins et la QdV des Canadiens vieillissant avec l’hémophilie.

Les bourses de recherche sont rendues possibles grâce au généreux soutien financier de Bayer Canada. Bayer conçoit des produits novateurs, des traitements révolutionnaires et des solutions de rechange plus saines pour améliorer la qualité de vie des Canadiens, lutter contre la maladie, protéger les récoltes et les animaux et offrir des solutions de haute performance pour divers usages de la vie courante. La SCH est fière d’avoir conclu ce partenariat avec Bayer Canada pour offrir cet important programme de recherche.

Le programme vise d’abord et avant tout à offrir une ou deux bourses de recherche de 30 000 $, pour un montant maximum de 60 000 $ pour une année.

Selon le nombre et la qualité des candidatures, il sera possible d’ajuster le montant des subventions ou d’en modifier le nombre, tout en respectant le budget total alloué indiqué plus haut.

 

Admissibilité
Pour être admissibles, les candidats doivent être médecins ou détenteurs d’un doctorat ayant une expérience pertinente dans un centre de traitement de l’hémophilie (CTH) ou un environnement comparable où on soigne des patients atteints d’hémophilie ou d’autres troubles héréditaires de la coagulation. Les professionnels qui occupent des postes universitaires et qui peuvent consacrer du temps à la recherche sont encouragés à soumettre leur candidature. Les candidats doivent être des citoyens canadiens ou des résidents permanents affiliés à une université canadienne ou à une organisation à but non lucratif du domaine de la santé.

La recherche proposée doit avoir un lien avec la pratique actuelle dans le domaine des coagulopathies et peut comprendre un vaste éventail de méthodes quantitatives et qualitatives concernant la pratique professionnelle auprès des individus, des familles des groupes et des collectivités, les enjeux organisationnels, la santé publique et l’éducation.

Les projets devraient générer des données et des outils de meilleure qualité pour que les professionnels puissent aider leurs patients à bien vieillir.

Les secteurs d’intérêt et méthodologies comprennent, sans s’y limiter :

  • Problèmes musculosquelettiques – atteintes articulaires et musculaires et douleur chronique qui peuvent nuire aux activités de la vie quotidienne et à la qualité de vie.
  • Maladie cardiovasculaire – les facteurs de risque observés le plus souvent chez les patients hémophiles incluent l’hypertension artérielle et l’embonpoint.
  • Infections virales, comme le VIH et l’hépatite – ces maladies nécessitent un traitement antiviral qui peut endommager les reins et le foie des patients.
  • Maladie rénale chronique – à l’origine de l’hypertension. La carence en facteur de la coagulation chez les patients hémophiles pourrait aggraver le risque d’hémorragie cérébrale.
  • Douleur chronique – ce problème nécessite aussi des traitements qui peuvent être nocifs pour les patients hémophiles.
  • Cancer – la chimiothérapie peut causer une baisse de globules blancs et aggraver la tendance hémorragique chez les patients hémophiles.


Collaboration multidisciplinaire
La collaboration multidisciplinaire entre différentes professions de la santé et/ou entre deux CTH ou plus est acceptée et encouragée. Ces collaborations peuvent entre autre faire appel aux soins infirmiers, au travail social, à la physiothérapie et à la génétique. Les demandes soumises par des codemandeurs sont donc les bienvenues. Il serait ainsi possible pour l’équipe d’un CTH de soumettre un projet de recherche coopératif commun. Les demandes concernant des projets interrégionaux seront aussi considérées.

Soumission des demandes et date limite: le 8 février 2019.
Les formulaires de demande dûment remplis et les pièces justificatives doivent parvenir au bureau national de la Société canadienne de l’hémophilie le ou avant le 8 février 2019, le cachet de la poste en faisant foi. Le nom des candidats retenus sera annoncé d’ici mars 2019.

Les demandes multidisciplinaires et multicentriques sont les bienvenues. Veuillez noter que dans le cas de projets multidisciplinaires et multicentriques, les candidats sont encouragés à indiquer dans leur demande de quelle façon le projet fonctionnera si la bourse n’en couvre qu’une portion.

Les bourses seront offertes pour une période d’un an à compter de avril 2019.

Le Programme de recherche Société canadienne de l’hémophilie – Bayer  –  ADVANCE Canada  a été créé pour inciter tous ceux qui soignent l’hémophilie au Canada à participer à des initiatives visant à identifier et à explorer les principaux enjeux de la recherche concernant la population hémophile vieillissante.

Le programme est offert en partenariat avec ADVANCE Canada (ADVANCE : age-related developments and co-morbidities in hemophilia) qui s’intéresse aux phénomènes et comorbidités liés à l’âge chez la personne hémophile et s’est donné la mission suivante :

« Améliorer la santé et la qualité de vie (QdV) des Canadiens âgés vivants avec l’hémophilie en basant nos actions et nos recommandations sur un processus scientifique rigoureux, mené avec et pour les Canadiens âgés vivant avec l’hémophilie.

 

Pour optimiser la prise en charge des comorbidités liées à l’âge chez la population hémophile adulte,

ADVANCE Canada favorisera la recherche centrée sur les patients et diffusera des renseignements scientifiques pour aider les médecins qui soignent l’hémophilie au Canada. »

L’espérance de vie des personnes vivant avec l’hémophilie s’est améliorée et a presque rejoint celle de la population générale. La population croissante de personnes vieillissant avec l’hémophilie sera donc de plus en plus confrontée à des problèmes de santé liés à l’âge, comme la maladie cardiovasculaire, le cancer, la maladie du foie et de l’appareil musculosquelettique, ainsi qu’à des facteurs psychosociaux et autres associés au style de vie qui accompagnent plusieurs de ces problèmes de santé ou y prédisposent. On en sait peu sur la façon de gérer la maladie cardiovasculaire, le cancer, la démence et autres affections liées à l’âge chez la population hémophile âgée. Reconnaissant l’impact potentiel des maladies liées à l’âge chez les personnes atteintes d’hémophilie, ce programme s’est donné pour objectif d’appuyer la recherche qui permettra de nous renseigner sur la façon d’adapter le mieux possible la prise en charge et le traitement des personnes vieillissant avec l’hémophilie.

Le programme de recherche appuiera les études axées sur les thèmes suivants :

  • Identifier les enjeux clés touchant la population hémophile âgée et fournir un avis éclairé
  • Identifier la façon d’adapter la prise en charge des comorbidités liées à l’âge chez les personnes hémophiles
  • Générer et transmettre aux professionnels de la santé, au public et aux décideurs une information basée sur des données probantes afin d’améliorer les soins et la QdV des Canadiens vieillissant avec l’hémophilie.

 

Critères d’admissibilité
Pour être admissibles, les candidats doivent être médecins ou détenteurs d’un doctorat ayant une expérience pertinente dans un centre de traitement de l’hémophilie (CTH) ou un environnement comparable où on soigne des patients atteints d’hémophilie ou d’autres troubles héréditaires de la coagulation. Les professionnels qui occupent des postes universitaires et qui peuvent consacrer du temps à la recherche sont encouragés à soumettre leur candidature. Les candidats doivent être des citoyens canadiens ou des résidents permanents affiliés à une université canadienne ou à une organisation à but non lucratif du domaine de la santé.

La recherche proposée doit avoir un lien avec la pratique actuelle dans le domaine des coagulopathies et peut comprendre un vaste éventail de méthodes quantitatives et qualitatives concernant la pratique professionnelle auprès des individus, des familles des groupes et des collectivités, les enjeux organisationnels, la santé publique et l’éducation.

Les projets devraient générer des données et des outils de meilleure qualité pour que les professionnels puissent aider leurs patients à bien vieillir.

Les secteurs d’intérêt et méthodologies comprennent, sans s’y limiter :

  • Problèmes musculosquelettiques – atteintes articulaires et musculaires et douleur chronique qui peuvent nuire aux activités de la vie quotidienne et à la qualité de vie.
  • Maladie cardiovasculaire – les facteurs de risque observés le plus souvent chez les patients hémophiles incluent l’hypertension artérielle et l’embonpoint.
  • Infections virales, comme le VIH et l’hépatite – ces maladies nécessitent un traitement antiviral qui peut endommager les reins et le foie des patients.
  • Maladie rénale chronique – à l’origine de l’hypertension. La carence en facteur de la coagulation chez les patients hémophiles pourrait aggraver le risque d’hémorragie cérébrale.
  • Douleur chronique – ce problème nécessite aussi des traitements qui peuvent être nocifs pour les patients hémophiles.
  • Cancer – la chimiothérapie peut causer une baisse de globules blancs et aggraver la tendance hémorragique chez les patients hémophiles.


Collaboration multidisciplinaire
La collaboration multidisciplinaire entre différentes professions de la santé et/ou entre deux CTH ou plus est acceptée et encouragée. Ces collaborations peuvent entre autre faire appel aux soins infirmiers, au travail social, à la physiothérapie et à la génétique. Les demandes soumises par des codemandeurs sont donc les bienvenues. Il serait ainsi possible pour l’équipe d’un CTH de soumettre un projet de recherche coopératif commun. Les demandes concernant des projets interrégionaux seront aussi considérées.


Montant et durée de la subvention
Le programme vise d’abord et avant tout à offrir une ou deux bourses de recherche de 30 000 $, pour un montant maximum de 60 000 $ pour une année.

Selon le nombre et la qualité des candidatures, il sera possible d’ajuster le montant des subventions ou d’en modifier le nombre, tout en respectant le budget total alloué indiqué plus haut.

La date d’amorce de ces subventions sera normalement  le 1er avril, 2019. Cette date d’amorce de la période de subvention ne doit pas dépasser le 31 décembre de l’année de l’octroi.

Les chercheurs doivent consacrer leur temps à la recherche soit à temps complet ou à temps partiel en fonction de ce qui a été accepté par la SCH pour la période de formation subventionnée.


Conditions générales, formulaire de demande de bourse et date limite
Les formulaires de demande dûment remplis et les pièces justificatives doivent parvenir au bureau national de la Société canadienne de l’hémophilie le ou avant le 8 février 2019, le cachet de la poste en faisant foi. Le nom des candidats retenus sera annoncé d’ici mars 2019.

Les demandes multidisciplinaires et multicentriques sont les bienvenues. Veuillez noter que dans le cas de projets multidisciplinaires et multicentriques, les candidats sont encouragés à indiquer dans leur demande de quelle façon le projet fonctionnera si la bourse n’en couvre qu’une portion.

Les demandes dûment remplies électroniquement doivent être envoyées au bureau national de la Société canadienne de l’hémophilie. De plus, une (1) copie originale, incluant les signatures, doit être envoyée au bureau national de la Société canadienne de l’hémophilie :

301-666, rue Sherbrooke Ouest
Montréal (Québec)  H3A 1E7

Pour accéder aux conditions générales et au formulaire de demande de bourse, veuillez sélectionner plus bas : Conditions générales  et Formulaire de demande de bourse.

Évaluation des demandes
Les demandes reçues seront évaluées par un comité d’examen par les pairs indépendant composé de professionnels canadiens de la santé et une personne représentant les patients. L’évaluation des demandes sera basée sur le mérite scientifique et leur pertinence en regard des priorités de recherche de la SCH; le pointage accordé tiendra compte de l’approche proposée et de la portée possible de la recherche, son caractère innovateur, le profil des chercheurs, l’environnement dans lequel la recherche sera réalisée et le soutien dont elle pourra bénéficier.  Ce comité évaluera chaque demande et recommandera par ordre d’importance quelles demandes méritent d’être subventionnées.  Les décisions finales quant à l’octroi des bourses seront prises par le Conseil d’administration de la SCH. Toute demande d’appel sera rejetée.

Avant de soumettre leur demande, les candidats potentiels peuvent faire réviser leur demande par les membres du comité directeur de ADVANCE Canada afin d’obtenir leur aide et conseils. Cette démarche n’est pas obligatoire avant de soumettre la demande à la SCH ni pour une acceptation éventuelle du projet de recherche soumis.

Si un candidat souhaite se prévaloir de ce service de révision, il doit acheminer par courriel une copie de sa demande à Robert Martone de Communication scientifique GLIA à l’adresse rmartone@gliasc.com. Ce dernier assurera la liaison entre le candidat et le comité directeur de ADVANCE Canada.

1.1 Formulaire de demande

Pour accéder au formulaire de demande, veuillez sélectionner plus bas : formulaire de demande

Les demandes dûment remplies électroniquement doivent être envoyées par courriel à la Société canadienne de l’hémophilie et, une (1) copie originale, incluant les signatures, doit être envoyée au bureau national de la Société canadienne de l’hémophilie :

301-666, rue Sherbrooke Ouest
Montréal (Québec)  H3A 1E7

1.2 Date limite de demande
Les demandes dûment remplies ainsi que tous les documents appuyant votre demande doivent être envoyés au bureau national de la Société canadienne de l’hémophilie, et ce, avant le 8 février 2019. Si la SCH reçoit votre demande après la date limite mais que le cachet de la poste est en date ou avant la date limite, alors votre demande sera considérée comme ayant été reçue dans le délai prescrit. Les noms des récipiendaires des bourses seront annoncés d’ici mars 2019.

Les candidats qui soumettent une demande pour la première fois devraient demander les conseils d’un chercheur expérimenté pour la préparation de leur demande. Avant de soumettre leur demande, les candidats potentiels peuvent faire réviser leur demande par les membres du comité directeur de ADVANCE Canada afin d’obtenir leur aide et conseils. Cette démarche n’est pas obligatoire avant de soumettre la demande à la SCH ni pour une acceptation éventuelle du projet de recherche soumis.

Si un candidat souhaite se prévaloir de ce service de révision, il doit acheminer par courriel une copie de sa demande à Robert Martone de Communication scientifique GLIA à l’adresse rmartone@gliasc.com. Ce dernier assurera la liaison entre le candidat et le comité directeur de ADVANCE Canada.

Veuillez noter que la proposition de recherche (question #13 de la demande) ne doit pas excéder 2,500 mots, en ne comptant pas les références.

Les copies de tirés à part des publications doivent seulement inclure les documents publiés récemment ou ceux qui ont été acceptés pour publication.

1.3 Durée et montant de la subvention
La subvention d’une valeur maximale de 60,000 $ est généralement établie pour un an; la date d’amorce de ces subventions est en général le 1er avril. Cette date d’amorce de la période de subvention ne doit pas dépasser le 31 décembre de l’année de l’octroi. Le programme souhaite proposer une ou deux subventions de recherche de 30 000 $, pour une valeur maximale de 60 000 $.

Selon le nombre et la qualité des candidats, il sera possible de répartir les montants différemment ou d’offrir plus de deux subventions, en respectant toutefois le budget total alloué mentionné plus haut.

1.4 Versements de la subvention
Deux versements par année sont normalement acheminés au directeur financier de l’institution désignée.

1.5 Rédaction des résumés de recherche
Dans le formulaire de demande, la Société canadienne de l’hémophilie exige une description d’environ 200 mots du projet de recherche, dactylographiée et rédigée en des termes simples pour qu’elle puisse les inclure dans ses publications si la demande est retenue.

1.6 Avis
Suite à l’évaluation des demandes, les candidats dont la demande est acceptée reçoivent un avis officiel les informant du type, de la durée et du montant de la subvention. Une copie de cet avis est envoyée au gestionnaire responsable de l’institution désignée.  Si vous acceptez la subvention de recherche, vous devez retourner une note d’acceptation dans les 15 jours suivant la réception de l’avis de la SCH sinon la subvention sera retirée. Un avis est également envoyé aux candidats dont la demande a été rejetée.

1.7 Plaintes
Un comité d’examen par les pairs évaluera chaque demande et recommandera par ordre d’importance quelles demandes méritent d’être subventionnées.  Les décisions finales quant à l’octroi des bourses seront prises par le Conseil d’administration de la SCH. Toute demande d’appel sera rejetée.

  1. Modalités additionnelles relatives à l’attribution de la subvention et obligation des récipiendaires

2.1 Bilans des dépenses
Un bilan de toutes les dépenses pour les subventions de recherche, signé par le récipiendaire et le chef des services financiers de chacune des institutions, doit être envoyé à la SCH deux mois au plus tard après l’échéance de la subvention. Afin d’éviter au chercheur un dédoublement de tâches, un bilan des dépenses produit par son institution sera accepté. En cas de manquement à l’obligation de fournir un bilan des dépenses, le chercheur pourrait être exclu des futurs concours de subventions de la SCH. Si un retard était à prévoir, le chercheur doit en informer la SCH.

2.2 Utilisation de la subvention
La subvention servira à rémunérer les candidats retenus pour le temps qu’ils consacreront à leur recherche ainsi que leurs assistants de recherche et, à couvrir les dépenses liées aux projets.

Les chercheurs doivent consacrer leur temps à la recherche soit à temps complet ou à temps partiel en fonction de ce qui a été accepté par la SCH pour la période de recherche subventionnée.

Veuillez noter que les récipiendaires doivent contacter la Société canadienne de l’hémophilie sans délai s’il y a un changement quelconque au projet de recherche ou à sa durée.

L’utilisation de la subvention à des fins autres que celles mentionnées sur le formulaire de demande de subvention doivent d’abord être approuvées par la SCH.

2.3 Surplus
La Société canadienne de l’hémophilie ne permet pas de reporter à l’année suivante un surplus excédant 5 000 $. Cependant, la Société considérera les demandes écrites faites précédemment pour l’utilisation d’un surplus plus élevé.

2.4 Échéance de la subvention
Au terme de la période couverte par la subvention, tout surplus doit être retourné à la SCH.

2.5 Frais de déplacement
La subvention peut servir à couvrir les frais de déplacement du récipiendaire dans le cadre de sa recherche (jusqu’à concurrence de 1 500 $ par année). Au besoin, le récipiendaire peut obtenir un supplément de 1 % de la valeur annuelle de la subvention.

2.6 Équipement
Toute pièce d’équipement obtenue grâce au fonds de la Société canadienne de l’hémophilie doit être conservée par l’institution désignée à la condition que, pour une période de 12 mois, au terme de la subvention, la SCH puisse transférer l’article à une autre institution. Une autorisation écrite de la SCH doit d’abord être obtenue avant le transfert de fonds ou d’équipement d’une institution à une autre.

2.7 Rapports intérimaire, final et sommaire
e chercheur doit fournir un rapport intérimaire résumant les progrès à ce jour. Ce rapport obligatoire servira en outre à justifier la continuation du projet et, avec les explications requises, est nécessaire pour faire approuver toutes modifications au projet et/ou prolongation du projet.

Deux mois au plus tard après l’échéance de la subvention, la SCH exige un rapport final présentant les résultats du projet de recherche. En plus, la SCH demande au chercheur de fournir un sommaire dactylographié d’environ 250 mots en des termes simples décrivant les résultats de la recherche pour qu’elle puisse l’inclure dans ses publications et le présenter lors de symposiums médicaux ou scientifiques.

En cas de manquement à ces obligations, le chercheur pourrait être exclu des futurs concours de subventions de la SCH. Si un retard était à prévoir, le chercheur doit en informer la SCH.

2.8 Mention du soutien offert
La Société canadienne de l’hémophilie devra être avisée de toutes publications qui portent sur la recherche reliée à la subvention. Le soutien financier de la Société canadienne de l’hémophilie et de Bayer Canada doit être mentionné dans toutes les publications rédigées par les récipiendaires. Les chercheurs sont encouragés à publier, dans la mesure du possible, les résultats de leurs travaux de recherches lors des conférences sur l’hémophilie (p. ex. : Congrès de la Fédération mondiale de l’hémophilie, Rendez-Vous, etc.) même si les résultats sont préliminaires.

2.9 Droits de propriété
On doit faire part à la SCH de l’exploitation commerciale découlant des activités de recherche financées par la SCH. Celle-ci ne réclame pas de droits de propriété sur les inventions provenant des recherches qu’elle a subventionnées. Il incombe au chercheur subventionné de faire breveter, de concert avec son université ou son institut, les inventions et les développements obtenus grâce à la recherche appuyée par la SCH.

2.10 Coûts indirects / Frais généraux
Les fonds de subvention doivent aider à couvrir les frais directs d’un programme ou d’un projet de recherche. De son côté, l’établissement doit assumer les coûts indirects ou frais généraux, tels que les coûts des installations et des services de base, les dépenses liées à l’achat et à la réparation du matériel de bureau, les frais d’administration, les primes d’assurance pour l’appareillage et les véhicules de recherche, de même que les frais liés aux appareils de communication de base comme les téléphones et les télécopieurs. Les fonds doivent être utilisés d’une manière efficace et économique, et les dépenses doivent être essentielles à la recherche visée par la subvention.

Énoncé de position de la Coalition canadienne des organismes de bienfaisance en santé (CCOBS) sur les frais indirects de la recherche (14 mai 2007) :

La politique de la Coalition canadienne des organismes bénévoles en santé (CCOBS) condamne le paiement, par les organismes bénévoles en santé, des frais indirects associés à la recherche qu’ils financent. Tous les membres de la CCOBS ont entériné le refus du règlement des frais indirects. Bien que la CCOBS reconnaisse la légitimité de ces dépenses, nous croyons que la responsabilité du financement de ces coûts incombe aux gouvernements et non aux donateurs.

Bien que la Société canadienne de l’hémophilie ne soit pas membre de la CCOBS, elle soutient néanmoins la position que la responsabilité du financement des frais indirects associés à la recherche qu’elle finance incombe aux gouvernements et/ou aux institutions de recherche et non aux donateurs.

  1. Éthique

3.1 Respect des lignes directrices en matière de recherche
Toute demande adressée à la Société canadienne de l’hémophilie pour l’obtention d’un soutien de recherche ou à titre personnel, constitue une garantie de la part des candidats et de leur institution de recherche à respecter toutes les exigences de la SCH, des Instituts de recherche en santé du Canada, Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et du Conseil canadien pour la protection des animaux et l’Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains, décembre 2010 (EPTC2). La SCH retiendra son financement tant et aussi longtemps que ces exigences ne seront pas respectées.

Les formulaires requis, dûment remplis doivent être envoyés à la SCH dès que possible s’il s’agit d’une recherche effectuée sur des sujets humains, sur la thérapie génique de la cellule somatique, sur des animaux ou d’une recherche présentant des risques biologiques. La SCH retiendra son financement jusqu’à ce que le chercheur lui fournisse une preuve écrite à l’effet qu’il a obtenu l’approbation éthique requise de la part du Comité d’éthique pour la recherche. L’évaluation des demandes de financement des projets de recherche par le comité de révision pourra débuter avant même qu’une approbation par   le Comité d’éthique pour la recherche ait été transmise.

3.2 Recherche portant sur des sujets humains
Tout projet de recherche portant sur des sujets humains y compris la thérapie génique de la cellule somatique doit soumettre le formulaire approprié dûment rempli, approuvés par le Comité local d’éthique pour la recherche afin que ce dernier s’assure que le projet soit conforme aux lignes directrices du document EPTC2 du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, Instituts de recherche en santé du Canada : Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains, décembre 2010. L’énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains peut être consulté au lien suivant : www.ger.ethique.gc.ca/pdf/fra/eptc2/EPTC_2_FINALE_Web.pdf

Il est de la responsabilité de l’investigateur principal de soumettre à Santé Canada les demandes d’essais cliniques pour une recherche portant sur un médicament pour usage humain sur des sujets humains. Les lignes directrices à savoir si une demande d’essais cliniques doit être faite ou non sont sur le site suivant :
www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/prodpharma/applic-demande/guide-ld/clini/cta-fra.php  Voir : Aperçu du processus de demandes d’essais cliniques.

De plus, tous les récipiendaires qui prévoient poursuivre leur projet de recherche portant sur des sujets humains devront remplir le formulaire annuellement. La réception par la SCH de ce formulaire est exigée pour pouvoir continuer de recevoir les versements de la bourse accordée par la SCH et tout autre fonds pour l’année suivante.

3.3 Recherche sur la thérapie génique de la cellule somatique chez des sujets humains

Les lignes directrices de l’Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains, décembre 2010 doivent être respectées. Toute recherche en rapport à ce sujet doit être approuvée par le Comité d’éthique pour la recherche.

3.4 Utilisation des animaux d’expérimentation et les soins qui leur sont prodigués
La SCH exige que tous les animaux d’expérience soient bien traités. Les installations destinées aux animaux et les soins qui sont prodigués à ces derniers doivent respecter les lignes directrices du Conseil canadien pour la protection des animaux (CCPA) contenues dans son ouvrage intitulé Manuel sur les soins et l’utilisation des animaux d’expérimentation (vol. 1, 1980, révisé en 1993; vol. 2, 1984) et publié par :

Le Conseil canadien pour la protection des animaux

1000 – 151, rue Slater, Ottawa (Ontario) Canada K1P 5H3

Toute proposition de recherche portant sur des animaux doit être accompagnée du formulaire prescrit rempli et approuvé par le Conseil canadien pour la protection des animaux (la composition du comité est présentée dans le guide du CCPA). Par ailleurs, tous les récipiendaires qui prévoient poursuivre leur recherche portant sur des animaux devront remplir le formulaire annuellement. La réception par la SCH de ce formulaire est exigée pour pouvoir continuer de recevoir les versements de la bourse accordée par la SCH et tout autre fonds pour l’année suivante.

3.5 Recherches présentant des risques biologiques

Les investigateurs qui s’engagent à effectuer des recherches portant sur des agents pathogènes pour les animaux et les humains ou sur des cellules animales doivent respecter les lignes directrices 3e édition – 2004, des Instituts de recherche en santé du Canada et de Santé Canada en matière de biosécurité en laboratoire. Ces règles ont été préparées conjointement par le Centre de prévention et contrôle des maladies infectieuses et Santé Canada et sont publiées par:

Bureau de la biosécurité
Laboratoire de lutte contre la maladie
Direction générale de la protection de la santé
Santé Canada

Ottawa (Ontario) Canada K1A 0L2
Tél. : 613 957-1779  613 957-1779

Également disponible à www.phac-aspc.gc.ca/publicat/lbg-ldmbl-04/index-fra.php

Ces critères s’appliquent sur les types de recherches suivants:

a) recherches portant sur des agents pathogènes pour les animaux et les humains
b) recherches portant sur les cultures de cellules animales
c) recherches portant sur les molécules d’ADN recombinant qui pourraient dommageable pour les êtres humains, les animaux ou l’environnement..

Les candidats dont la proposition de recherche porte sur un des sujets mentionnés ci-dessus doivent remplir le ou les formulaires appropriés, obtenir l’approbation du Comité certifiant que le contenu de leur recherche ne va pas à l’encontre des critères établis par les Instituts de recherche en santé du Canada.

De plus, tous les candidats qui prévoient poursuivre leur recherche présentant des risques biologiques devront remplir le formulaire annuellement. La réception par la SCH de ce formulaire est exigée pour pouvoir continuer de recevoir les versements de la bourse accordée par la SCH et tout autre fonds pour l’année suivante.

Élimination du matériel nocif et radioactif

3.6 Recherche utilisant des substances nocives

Les investigateurs doivent s’assurer que leur recherche réponde aux critères provinciaux en matière d’élimination des déchets chimiques. Les investigateurs doivent également veiller à ce que les assistants et le personnel de laboratoire soient informés des dangers inhérents au matériel requis pour la recherche. Ils doivent faire en sorte que le personnel reçoive des informations sur la manipulation et le contenu des substances dangereuses et que les mesures de protection soient conformes aux normes de santé et sécurité au travail en vigueur dans la province où la recherche est menée.

3.7 Recherche utilisant du matériel radioactif
Les candidats qui devront utiliser du matériel radioactif dans le cadre de leur recherche doivent connaître les normes de la Commission de contrôle de l’énergie atomique et doivent s’y conformer. Pour de plus amples renseignements, communiquez avec le :

Bureau d’information publique
Commission de contrôle de l’énergie atomique

C P 1046, Succursale ‘B’
270, rue Albert Ottawa (Ontario) Canada K1P 5S9
Tél. : (613) 995-5894  Téléc.: (613) 995-5086

formulaire de demande de bourse

Pour communiquer avec nous :
Société canadienne de l’hémophilie
chs@hemophilia.ca
1 800 668-2686

L’incidence et le fardeau des fractures osseuses chez les patients hémophiles

Dre Adrienne Lee
University of Calgary – Calgary, AB
Subvention pour une année
Co-investigateurs:
Dre Linda Sun, University of Alberta – Edmonton, AB
Dr Chatree Chai-Adisaksopha, McMaster University – Hamilton, ON
Dr Man-Chiu Poon, University of Calgary – Calgary, AB

Description à venir

____________________________________________________________________________________________________________

Le risque de maladie artérielle chez les patients atteints d’hémophilie et de la maladie von Willebrand: une étude de cohorte rétrospective basée sur des données ontariennes

Dre Michelle Sholzberg
St. Michael’s Hospital – Toronto, ON
Subvention pour une année
Co-investigateurs:
Dr Jerome Teitel, St. Michael’s Hospital – Toronto,ON
Dre Shannon Jackson, University of British Columbia – Vancouver, BC
Dr Leonard Minuk, Cancer Care Manitoba/University of Manitoba – Winnipeg, MB
Dre Tara Gomez, Institute for Clinical Evaluative Sciences (ICES) – Toronto, ON

Description à venir

NE PAS suivre ce lien ou vous serez banni du site!